In memoriam : Jean DAMIDOT (1/09/1923 - 9/03/2009)

Notre camarade et ami Jean DAMIDOT, qui était né le 1er septembre 1923 à Noroy-le-Bourg, en Haute-Saône, nous a quittés le 9 mars 2009 à Beaune en Côte d'Or, dans cette Bourgogne qu'il aimait tant et où il s'était retiré en 1983 après une longue carrière d'administrateur au service de l'Education Nationale qui l'avait mené jusqu'au bout du monde.
 
C'est son fils José, qui réside en Polynésie française, qui nous a annoncé la triste nouvelle.
Jean Damidot, dont l'enfance et l'adolescence fut partagée entre la Haute-Saône et Paris, a fait ses études secondaires au lycée Pasteur où il passa le baccalauréat en 1941 et côtoya notamment Roger Nimiez et Michel Arondel.

En août 1944, il s'engage dans la 2ème DB du Général Leclerc au moment où celle-ci libère Paris et il participe aux combats de la fin du conflit, jusqu'à Berchtesgaden.

De 1946 à 1949, il fait des études de droit à Dijon et obtient sa licence.
Surveillant d'externat au lycée Carnot de Dijon de 1950 à 1951, il devient attaché d'intendance à Auxerre puis à Dijon de 1952 à 1955.

C'est en 1956 qu'il quitte la métropole pour devenir attaché d'intendance au lycée Félix Eboué de Cayenne où il restera en poste jusqu'en 1964.

En 1965 il est nommé intendant du tout nouveau " lycée climatique " de Villars de Lans où il demeurera jusqu'en 1969.

La période 1970 -1975 le retrouve intendant au lycée Lapérouse de Nouméa en Nouvelle Calédonie.
De 1975 à 1983, il sera intendant du lycée Paul Gauguin de Tahiti où il est élevé au grade d'officier des Palmes Académiques et termine sa carrière en qualité de " Comptable de l'Administration Scolaire et Universitaire " (CASU, nouvelle appellation des intendants de l'Education Nationale).

Depuis 1983, il menait une retraite paisible en Côte d'Or où il se consacrait à ses passe-temps favoris : la philathélie, la pêche, le jardinage - il entretenait lui-même son grand parc - la lecture et, toujours fidèle à son amour du " grand large ", les voyages.
 
A sa famille et plus particulièrement à son fils José, à qui nous devons les informations ci-dessus ainsi que la photo de Jean Damidot qui illustre ce propos, nous présentons nos très sincères condoléances.
Nous garderons de Jean un souvenir ému et fidèle.